Juin 03 2013

Palmarès 2013 des voitures les moins polluantes sur le marché français

Chaque année, l’ADEME rend public son comparateur des voitures neuves en vente. Objectif : classer les véhicules particuliers en fonction de leur consommation, leurs émissions de CO2 et de polluants. La démocratisation des véhicules hybrides changent la donne.

2763697_panorama-4-new_640x280

Depuis 2012, l’ADEME publie sur la toile son comparateur des véhicules particuliers, le Car Labelling. Ce classement propose des fiches relativement détaillées pour pratiquement tous les véhicules vendus sur le marché français. La version 2013 évalue les véhicules à la vente en fonction de leurs consommations de carburant, leurs émissions de CO2[1] et leurs émissions directes de polluants (Monoxyde de Carbone – CO / Hydrocarbures – HC / Oxydes d’azote – NOx / Particules). etc.).

Evolution du marché français des voitures neuves

De nouvelles motorisations se sont enfin démocratisées sur le marché français comme en témoigne la percée des véhicules hybrides qui représentent 1,5 % des véhicules vendus en 2012 (contre 0,6 % en 2011) et électriques : 5663 véhicules électriques ont été vendus en France en 2012, soit deux fois plus qu’en 2011.

Dans le même temps, 16 % des véhicules vendus en France en 2012 sont des tout-terrains, un record, notamment dû au développement de la gamme chez tous les constructeurs.

Résultat : les véhicules ont pris du poids, 12 kg de plus en moyenne en 2012 par rapport à 2011. Ceci s’explique notamment par la masse plus importante des véhicules hybrides vendus qui est supérieure de 215 kg par rapport à celle des véhicules essence et Diesel. Heureusement, il existe des marges de progression importantes notamment par l’allègement et l’utilisation de matériaux composites.

Au niveau du bonus/malus à l’achat, 24 % des véhicules vendus en 2012 ont généré un bonus pour leur acheteur (contre 32 % en 2011 et 50 % en 2010) ; 25 % ont généré un malus (11 % en 2011 et 9 % en 2010). Ces évolutions sont principalement dues aux changements de barèmes.

Le palmarès 2013 des meilleurs voitures en matière d’émissions de CO2

Avec l’apparition des véhicules hybrides sur le marché, les motorisations diesel ne sont plus les moins émettrices de CO2. Ainsi, la palme revient à la Toyota Yaris essence hybride avec seulement 79 g de CO2 émis par km pour une consommation mixte de 3,5 l / 100 km mais un prix qui avoisine les 18 800 euro (bonus non compris).

En seconde position, au même prix, la Renault Clio diesel, affiche une émission de CO2 de 83 g / km et une consommation de 3,2 l / 100 km, détrônant ainsi la Smart ForTwo, 1ère en 2012 avec 86 g.

En troisième position, la Hyundaï i20 (diesel) émet 84g de CO2 au km, suivie de près par la nouvelle Twingo diesel de Renault (3,3 l / 100 km) et la Rio diesel de Kia avec 85 g (3,2 l / 100 km).

A noter : trois grosses berlines figurent dans le palmarès Diesel, dont deux françaises, la Peugeot 508 hybride (3,5 l / 100 km) et la Citroën DS5 hybride (3,5 l / 100 km)  avec 91g, ainsi que la Volvo V40, avec 94 g. La Citroën DS5 et la Peugeot 508 sont les deux seules voitures hybrides à figurer dans le classement Diesel.

Hors hybrides, la Fiat 500 avec 90 g (3,9 l / 100 km), est toujours le modèle essence le plus vertueux, devant la Nissan Pixo et la Suzuki Alto avec 94g et 4,1 l / 100 km.

Un classement des véhicules les moins polluants ?

Si le choix semble évident, les émissions de CO2 ne suffisent toutefois pas pour statuer sur les polluants émis par un véhicule. Ainsi, les véhicules diesel présentent en moyenne de meilleurs résultats que les véhicules à essence mais c’est au détriment de la qualité de l’air, particulièrement mauvaise dans les grandes agglomérations françaises.

Par exemple, la première du classement, la Toyota Yaris essence / hybride (100 ch) n’émet pas de particules, moins de 0,006 g / km d’oxydes d’azote, moins de 0,044 g /km d’hydrocarbures et moins de 0,19 g / km de CO. Alors que la deuxième voiture du classement, la Renault Nouvelle CLIO Estate Energy dCi (90ch diesel) émet 25 fois plus d’oxydes d’azote, et presque autant de monoxyde de carbone mais pas d’hydrocarbure.

Bien sûr, il faudrait comparer le cycle de vie des véhicules pour s’assurer que les émissions indirectes (extraction des matières premières, fabrication, transport, recyclage enfin de vie…) ne gâchent pas ces bons résultats.

Rappelons que l’ONG les Amis de la Terre avait dénoncé l’extraction de lithium de  Bolera Minera – joint-venture qui utilise ce matériau pour les batteries de ses voitures électriques Blue Car (exploités pour Autolib’).

Si Toyota équipe actuellement ses véhicules hybrides avec des batteries Ni-Mh (nickel-métal), le premier constructeur mondial vient d’annoncer son intention de les supplanter par des batteries lithium-ion. Il compte ainsi multiplier par six dans les années à venir sa production de batteries lithium-ion, avec un objectif de 200 000 unités par an. C’est une technologie qui offre une densité énergétique supérieure, une occupation plus restreinte, une durée de vie plus longue et un temps de recharge plus rapide. Toutefois, le critère environnemental reste à étudier.

 

Chiffres clés sur l’évolution des marchés français et européen en 2012

Aujourd’hui, c’est le Danemark qui vend les véhicules neufs les moins polluants, suivi du Portugal, des Pays-Bas et de la France.

14 % des véhicules vendus en France en 2012 sont en classe A < 100 g / km (vs. 5 % en 2011). Cette importante progression s’explique par l’offre croissante de modèles performants appartenant à la classe A : 74 modèles en 2012 contre 51 en 2011.

85 % des véhicules vendus en France en 2012 sont en classes vertes < 140 g / km. 55 % des véhicules Diesel et 40 % des véhicules essence vendus en 2012 ont une émission inférieure à 120 g (classes A et B).

Quel type de véhicule acheter pour polluer le moins possible ?

La réponse à cette question est malheureusement assez complexe car tout dépend des polluants considérés, de l’urgence à freiner les émissions de CO2 mais surtout du cycle de vie du véhicule dont le bilan peut tout faire basculer. Or, ces informations ne sont pas encore disponibles.
Cette confusion, entretenue par un gazole moins cher et un bonus à l’achat pour les véhicules moins émetteurs de CO2, a tendance, encore, à favoriser les véhicules diesel, dont les émissions sont pourtant cancérogènes.

Le choix n’est donc pas évident pour l’automobiliste, comme l’indique les résultats très partagés de notre sondage d’avril 2013 : 18% des personnes qui ont répondu choisiraient un véhicule hybride à égalité avec une motorisation entièrement électrique, 17,8 % un diesel pur et 17,3 % un véhicule essence. Les nouvelles motorisations semblent plus attrayantes, même l’hydrogène est cité par plus de 12 % des sondés alors qu’il n’est toujours pas autorisé de rouler à l’hydrogène en France.

Le marché de l’automobile évoluant rapidement, l’ADEME actualisera désormais son classement chaque trimestre. Ce qui correspond à l’intégration de près de 3 000 nouveaux véhicules par trimestre ! Un outil à suivre si vous souhaitez acheter un nouveau véhicule.

Note

  1. Les données avancées par les constructeurs ne reflètent pas toujours la réalité de la conduite sur route. En effet, le Réseau Action Climat France a indiqué que les constructeurs recourent à près de 20 tours de passe-passe différents pour minorer la consommation d’énergie nécessaire lors des tests effectués dans des conditions de « laboratoire ».

 

Source:http://www.notre-planete.info/actualites/3743-CO2-voiture-consommation-classement

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/03/palmares-2013-des-voitures-les-moins-polluantes-sur-le-marche-francais/

Laisser un commentaire