juin 2013 archive

Juin 14 2013

1er juillet 2013 : l’éclairage nocturne des bâtiments à usage professionnel sera limité

france_la_nuit-300x2662
 

Un nouvel arrêté réglementant le fonctionnement des dispositifs d’éclairage des bâtiments non résidentiels a été publié le 30 janvier 2003. Objectif du gouvernement : réduire l’empreinte de l’éclairage artificiel sur l’environnement nocturne.

Les éclairages artificiels nocturnes peuvent constituer une source de perturbations significatives pour les écosystèmes, en modifiant la communication entre espèces, les migrations, les cycles de reproduction ou encore le système proie-prédateur. Mais la lumière artificielle nocturne affecte également le sommeil, en perturbant l’alternance jour-nuit, l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV), s’est saisi de cette question et proposera des actions courant 2013.

l’arrêté concerne à la fois l’éclairage intérieur émis vers l’extérieur des bâtiments non résidentiels (vitrines de commerces, bureaux…) et l’éclairage des façades de ces mêmes bâtiments (à l’exclusion des installations destinées à assurer la protection des biens, sous réserve qu’elles soient asservies à des dispositifs de détection de mouvement ou d’intrusion).

Dispositions de l’arrêté régulant l’éclairage des bâtiments

A partir de son entrée en vigueur, le 1er juillet 2013 :

  • les éclairages intérieurs de locaux à usage professionnel devront être éteints une heure après la fin d’occupation des dits locaux ;
  • les éclairages des façades des bâtiments seront éteints au plus tard à 1 heure du matin ;
  • les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d’exposition seront éteints au plus tard à 1h du matin, ou une heure après la fin d’occupation des dits locaux si celle-ci intervient plus tardivement.
  • les vitrines de magasins de commerce ou d’exposition pourront être allumées à partir de 7 heures du matin ou une heure avant le début de l’activité si celle-ci s’exerce plus tôt ;
    les éclairages des façades des bâtiments ne pourront être allumés avant le coucher du soleil.

Source : Ministère du Développement Durable

En ce qui concerne les façades et les vitrines, le texte prévoit la possibilité pour le préfet d’accorder des dérogations pour la veille des jours fériés chômés, la période des illuminations de Noël, lors d’événements exceptionnels à caractère local, ou dans des lieux présentant un intérêt touristique exceptionnel définis par l’article L. 3132-25 du code du travail.

Ces mesures, qui relèvent du bon sens, et qui sont attendues depuis des décennies seront enfin mises en application, sans aucun doute sous la pression de la crise économique plutôt que pour un réel intérêt au regard de la pollution lumineuse induite. Déjà, l’extinction de l’éclairage sur une partie de plus de plus large des voies rapides du réseau routier francilien avait été décidé avant tout pour faire des des économies sous couvert de lutte contre la photopollution.

Une économie insuffisante ?

Il n’empêche, c’est une bonne nouvelle qui va dans le sens de la sobriété énergétique. L’ADEME a estimé les économies d’énergie attendues à 2 TWh par an, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle d’environ 750 000 ménages. De plus, une telle disposition permettra d’éviter le rejet chaque année de 250 000 tonnes de CO2.
Continue reading

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/14/1er-juillet-2013-leclairage-nocturne-des-batiments-a-usage-professionnel-sera-limite-2/

Juin 12 2013

Les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent des records en 2012

La Chine a mené une hausse des émissions mondiales de dioxyde de carbone à un niveau record en 2012, faisant plus que compenser les chutes des émissions aux États-Unis et en Europe, d’après ce que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a déclaré lundi.

Le-réchauffement-climatique

Les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 1,4% pour atteindre 31,6 milliards de tonnes, d’après les estimations de l’AIE.

La Chine est le plus grand émetteur et a fait la plus grande contribution à l’augmentation mondiale, rejetant 300 millions de tonnes supplémentaires. Mais cette augmentation est l’une des moins importantes que la Chine ait enregistré en dix ans, grâce à ses efforts pour adopter des sources renouvelables d’énergie et améliorer son efficience énergétique.

 

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone ont augmenté de 1,4% pour atteindre 31,6 milliards de tonnes

Aux Etats-Unis, un passage du charbon au gaz pour la production d’électricité a aidé à réduire les émissions de 200 millions de tonnes, ce qui ramène le pays à son niveau du milieu des années 1990.

 

Bien que l’utilisation du charbon ait augmenté dans certains pays européens l’an dernier du fait des prix bas, les émissions en Europe ont décliné de 50 millions de tonnes à cause du ralentissement économique, de la croissance des énergies renouvelables, et des seuils d’émissions imposés aux compagnies industrielles et électriques, d’après ce qu’a indiqué l’AIE .

Les émissions de CO2 du Japon ont augmenté de 70 millions de tonnes, alors que les efforts pour améliorer l’efficience énergétique ont échoué à compenser l’utilisation croissante de carburants fossiles après l’accident nucléaire de Fukushima en 2011.

 Les scientifiques affirment que l’augmentation des températures moyennes mondiales doit être limitée à moins de 2°C au cours du siècle pour éviter les effets climatiques dévastateurs tels que de mauvaises récoltes ou la fonte des glaciers.
Continue reading

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/12/les-emissions-mondiales-de-gaz-a-effet-de-serre-atteignent-des-records-en-2012/

Juin 10 2013

Réduire ses consommations d’énergie en famille ! – ADEME presse

Selon l’Insee, 2 300€, c’est le budget moyen annuel consacré par un ménage à ses dépenses d’énergie (logement et carburant) et ce chiffre ne cesse d’augmenter.

Aujourd’hui un nombre croissant de foyers se trouve en situation de précarité énergétique, c’est-à-dire qu’ils consacrent plus de 10 % de leurs revenus à leurs dépenses énergétiques.

logo_FAEP_penche

Le consommateur peut agir pour inverser la tendance. Partout en France cette année, plus de 5000 familles ont participé au défi « Familles à Énergie Positive ». Leur objectif : agir au quotidien pour faire un maximum d’économies d’énergie à la maison… simplement et sans perdre en confort.

Organisé par plus de 70 Espaces INFO⇒ÉNERGIE (EIE), avec le soutien de l’ADEME et de nombreuses collectivités locales, « Familles à Énergie Positive » est une campagne de sensibilisation et de conseil du public sur les économies d’énergie. Le concept de cette campagne est développé depuis 2008 par l’ONG Prioriterre qui coordonne le projet.

A une époque où les prix de l’énergie, ne cessent d’augmenter, le consommateur peut rester en partie acteur de sa consommation. En le sensibilisant sur les gestes et usages, les effets sur la facture sont quasi immédiats a déclaré Bruno Lechevin, Président de l’ADEME.

Maîtriser sa consommation d’énergie, c’est possible et simple

A l’occasion du défi Familles à Energie Positive, à l’échelle d’un quartier, d’un village, les particuliers se sont regroupés en équipes pour atteindre au moins 8 % d’économies d’énergie par rapport à l’hiver précédent sur la consommation à la maison : chauffage, eau-chaude, équipement domestique… C’est notamment l’émulation collective qui garantit le succès de la démarche : savoir que d’autres foyers sont mobilisés est en effet encourageant pour les participants.

Les résultats parlent d’eux-mêmes : que l’on soit en zone urbaine ou rurale, que l’on soit propriétaire ou locataire, il est possible de faire baisser sa facture énergétique : 13 % d’économies d’énergie en moyenne cette année.

Si la réduction de la consommation d’énergie passe effectivement par un changement de comportement préalable, elle s’appuie tout autant sur une amélioration de l’isolation et des modes de chauffage pour un habitat moins gourmand en énergie.

Le défi en quelques chiffres

  • 5071 familles engagées cette saison, soit plus de 15 000 participants ;
  • plus de 70 territoires engagés partout en France ;
  • 8,3 GWh économisés en métropole (en ajoutant les DOM, on est autour de 10 GWh économisés) ;
  • 13 %, c’est la réduction de la consommation d’énergie en moyenne cette année ;
  • 14 % d’émissions de CO2 en moins cette saison ;
  • 2 600 kWh / an économisés en moyenne par foyer, soit environ 200€ économisés par an par foyer.

En savoir plus sur: http://www.familles-a-energie-positive.fr/

Réduire ses consommations d’énergie en famille ! – ADEME presse.

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/10/reduire-ses-consommations-denergie-en-famille-ademe-presse/

Juin 05 2013

Parc éolien-photovoltaïque : moins de 100 MW raccordés au premier trimestre 2013

000006257_5

Les nouvelles capacités de production éolienne raccordées au premier trimestre 2013 en France représentent seulement 73 MW (mégawatts) et accusent une baisse de 31% par rapport à la même période en 2012, selon le tableau de bord éolien-photovoltaïque publié le 3 juin par le Commissariat général au développement durable (CGDD). Un « net ralentissement » avait déjà été constaté sur la période allant du dernier trimestre 2011 au milieu de l’année 2012, « mais une reprise était intervenue ensuite au deuxième semestre 2012« , rappelle le CGDD.

Le parc éolien atteint désormais une puissance installée de 7.667 MW au 31 mars 2013. « En cas de poursuite de la tendance, 2013 pourrait être la troisième année de baisse consécutive du niveau des raccordements confirmant ainsi la rupture par rapport à la montée en puissance initiale observée jusqu’à 2010″.

La production éolienne s’établit en revanche à 4 TWh au premier trimestre 2013, soit une progression de 12% par rapport à la période équivalente de 2012. Un peu plus de 500 projets sont quant à eux en file d’attente pour une puissance cumulée annoncée de 8.731 MW fin mars 2013. Soit plus de 1.000 MW par rapport à fin décembre 2012, avec l’arrivée de deux nouveaux projets offshore en file d’attente. La part de l’éolien dans la consommation électrique nationale progresse pour s’établir à 2,6% au premier trimestre 2013.

Le parc solaire photovoltaïque atteint quant à lui une puissance de 4.113 MW fin mars 2013.
Continue reading

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/05/parc-eolien-photovoltaique-moins-de-100-mw-raccordes-au-premier-trimestre-2013/

Juin 03 2013

Espace Info Énergie: des conseils gratuits et indépendants sur la maîtrise de l’énergie pour vous!

Qui sommes-nous ?

P1060808

Les Espaces INFO ENERGIE, un réseau de spécialistes sur toute la France

Initiés par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) en 2001, pour sensibiliser et informer le grand public gratuitement et de manière objective sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, les Espaces INFO ENERGIE sont co-financés par les collectivités territoriales, notamment les conseils régionaux.
Leur action est confortée par les engagements pris dans le cadre du Grenelle Environnement et contribue à atteindre les objectifs français en matière de réductions des émissions de gaz à effet de serre.

Le réseau compte 250 Espaces INFO ENERGIE animées par près de 500 conseillers répartis sur tout le territoire français.

La mission des Espaces INFO ENERGIE

La mission première des conseillers des Espaces INFO ENERGIE est de proposer aux particuliers conseils et solutions concrètes pour :

  • mieux maîtriser leurs consommations d’énergie : chauffage, isolation, éclairage…
  • recourir davantage aux énergies renouvelables : solaire, géothermie, biomasse…

En réalisant notamment des évaluations simplifiées de la consommation énergétique dans l’habitat, en fonction de différents critères (bâti, équipements électriques et thermiques), les conseillers aident au passage à l’acte.

Des experts vous accueillent sur tout le territoire pour analyser vos besoins et répondre à toutes vos questions :

  • Comment isoler mon logement ?
  • Quel est le meilleur chauffage ?
  • Comment financer mon projet ?

Pour votre projet de construction, de rénovation ou tout simplement pour obtenir un conseil pour réduire vos factures d’énergies, contacter nous au 04 66 52 78 42 ou par mail: eie.ales@mne-rene30.org

 

Pour en savoir plus sur votre Espace Info Énergie d’Alès, cliquez ici

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/03/espace-info-energie-des-conseils-gratuits-et-independants-sur-la-maitrise-de-lenergie-pour-vous/

Juin 03 2013

Programme « Habiter Mieux »

habiterMieux
« Habiter mieux » est une aide financière et un accompagnement personnalisé pour les propriétaires occupants dont les ressources ne dépassent pas certains plafonds, et dont les travaux amélioreraient le gain énergétique du logement d’au moins 25%.

Pour savoir si vous avez droit à cette aide, cliquez ici :

http://www.anah.fr/habitermieux/proprietaires-occupants/avez-vous-droit-a-laide-habiter-mieux.html

Avec le programme Habiter mieux, un professionnel agréé proche de chez vous vient vous rendre visite pour établir avec vous un diagnostic des meilleurs travaux à entreprendre en fonction des caractéristiques de votre logement. Si vous avez droit à l’aide Habiter mieux, il vous accompagnera de manière adaptée dans l’ensemble de votre projet : démarches, définition avec vous du projet de travaux  permettant d’atteindre une amélioration de la performance énergétique de votre logement d’au moins 25%.

Pour en savoir plus, contactez nous.

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/03/programme-habiter-mieux/

Juin 03 2013

Palmarès 2013 des voitures les moins polluantes sur le marché français

Chaque année, l’ADEME rend public son comparateur des voitures neuves en vente. Objectif : classer les véhicules particuliers en fonction de leur consommation, leurs émissions de CO2 et de polluants. La démocratisation des véhicules hybrides changent la donne.

2763697_panorama-4-new_640x280

Depuis 2012, l’ADEME publie sur la toile son comparateur des véhicules particuliers, le Car Labelling. Ce classement propose des fiches relativement détaillées pour pratiquement tous les véhicules vendus sur le marché français. La version 2013 évalue les véhicules à la vente en fonction de leurs consommations de carburant, leurs émissions de CO2[1] et leurs émissions directes de polluants (Monoxyde de Carbone – CO / Hydrocarbures – HC / Oxydes d’azote – NOx / Particules). etc.).

Evolution du marché français des voitures neuves

De nouvelles motorisations se sont enfin démocratisées sur le marché français comme en témoigne la percée des véhicules hybrides qui représentent 1,5 % des véhicules vendus en 2012 (contre 0,6 % en 2011) et électriques : 5663 véhicules électriques ont été vendus en France en 2012, soit deux fois plus qu’en 2011.

Dans le même temps, 16 % des véhicules vendus en France en 2012 sont des tout-terrains, un record, notamment dû au développement de la gamme chez tous les constructeurs.

Résultat : les véhicules ont pris du poids, 12 kg de plus en moyenne en 2012 par rapport à 2011. Ceci s’explique notamment par la masse plus importante des véhicules hybrides vendus qui est supérieure de 215 kg par rapport à celle des véhicules essence et Diesel. Heureusement, il existe des marges de progression importantes notamment par l’allègement et l’utilisation de matériaux composites.

Au niveau du bonus/malus à l’achat, 24 % des véhicules vendus en 2012 ont généré un bonus pour leur acheteur (contre 32 % en 2011 et 50 % en 2010) ; 25 % ont généré un malus (11 % en 2011 et 9 % en 2010). Ces évolutions sont principalement dues aux changements de barèmes.

Le palmarès 2013 des meilleurs voitures en matière d’émissions de CO2

Avec l’apparition des véhicules hybrides sur le marché, les motorisations diesel ne sont plus les moins émettrices de CO2. Ainsi, la palme revient à la Toyota Yaris essence hybride avec seulement 79 g de CO2 émis par km pour une consommation mixte de 3,5 l / 100 km mais un prix qui avoisine les 18 800 euro (bonus non compris).

En seconde position, au même prix, la Renault Clio diesel, affiche une émission de CO2 de 83 g / km et une consommation de 3,2 l / 100 km, détrônant ainsi la Smart ForTwo, 1ère en 2012 avec 86 g.

En troisième position, la Hyundaï i20 (diesel) émet 84g de CO2 au km, suivie de près par la nouvelle Twingo diesel de Renault (3,3 l / 100 km) et la Rio diesel de Kia avec 85 g (3,2 l / 100 km).

A noter : trois grosses berlines figurent dans le palmarès Diesel, dont deux françaises, la Peugeot 508 hybride (3,5 l / 100 km) et la Citroën DS5 hybride (3,5 l / 100 km)  avec 91g, ainsi que la Volvo V40, avec 94 g. La Citroën DS5 et la Peugeot 508 sont les deux seules voitures hybrides à figurer dans le classement Diesel.

Hors hybrides, la Fiat 500 avec 90 g (3,9 l / 100 km), est toujours le modèle essence le plus vertueux, devant la Nissan Pixo et la Suzuki Alto avec 94g et 4,1 l / 100 km.

Un classement des véhicules les moins polluants ?

Si le choix semble évident, les émissions de CO2 ne suffisent toutefois pas pour statuer sur les polluants émis par un véhicule. Ainsi, les véhicules diesel présentent en moyenne de meilleurs résultats que les véhicules à essence mais c’est au détriment de la qualité de l’air, particulièrement mauvaise dans les grandes agglomérations françaises.

Par exemple, la première du classement, la Toyota Yaris essence / hybride (100 ch) n’émet pas de particules, moins de 0,006 g / km d’oxydes d’azote, moins de 0,044 g /km d’hydrocarbures et moins de 0,19 g / km de CO. Alors que la deuxième voiture du classement, la Renault Nouvelle CLIO Estate Energy dCi (90ch diesel) émet 25 fois plus d’oxydes d’azote, et presque autant de monoxyde de carbone mais pas d’hydrocarbure.

Bien sûr, il faudrait comparer le cycle de vie des véhicules pour s’assurer que les émissions indirectes (extraction des matières premières, fabrication, transport, recyclage enfin de vie…) ne gâchent pas ces bons résultats.

Rappelons que l’ONG les Amis de la Terre avait dénoncé l’extraction de lithium de  Bolera Minera – joint-venture qui utilise ce matériau pour les batteries de ses voitures électriques Blue Car (exploités pour Autolib’).

Si Toyota équipe actuellement ses véhicules hybrides avec des batteries Ni-Mh (nickel-métal), le premier constructeur mondial vient d’annoncer son intention de les supplanter par des batteries lithium-ion. Il compte ainsi multiplier par six dans les années à venir sa production de batteries lithium-ion, avec un objectif de 200 000 unités par an. C’est une technologie qui offre une densité énergétique supérieure, une occupation plus restreinte, une durée de vie plus longue et un temps de recharge plus rapide. Toutefois, le critère environnemental reste à étudier.
Continue reading

Lien Permanent pour cet article : http://eie-ales-nordgard.fr/2013/06/03/palmares-2013-des-voitures-les-moins-polluantes-sur-le-marche-francais/